Free Access
Issue
Ann. Zootech.
Volume 49, Number 1, January-February 2000
Page(s) 39 - 44
DOI https://doi.org/10.1051/animres:2000103
DOI: 10.1051/animres:2000103

Ann. Zootech. 49 (2000) 39-44

Effect of turning out dairy cows to pasture
on milk somatic cell count

Dominique Pomiès ${^{\rm a}}$, Patrick Gasqui ${^{\rm b}}$, Jacques Bony ${^{\rm c}}$,
Jean-Baptiste Coulon ${^{\rm b}}$, Jacques Barnouin ${^{\rm b}}$

${^{\rm a}}$Unité de Recherches sur les Herbivores, Inra, Theix, 63122 Saint-Genès Champanelle, France,
${^{\rm b}}$Unité de Recherche Épidémiologie Animale, Inra, Theix, 63122 Saint-Genès Champanelle, France,
${^{\rm c}}$Domaine Expérimental du Roc, Inra, 63210 Orcival, France

Abstract:

An increase in milk somatic cell count is often observed in commercial herds when cows are on pasture during summer. The objective of this study was to check, in experimental conditions, if this effect is due to the turning out to pasture. Three groups of cows were observed for five weeks: 10 cows with low somatic cell count (< 100 000 cells/ml) stayed in the cow-shed during the entire study; 10 cows with low somatic cell count and 10 cows with high somatic cell count (> 300 000 cells/ml) went to pasture after two weeks in the cow-shed. The measurements were: milk production, chemical composition, somatic cell count, pathogens in the milk and plasma markers. Milk production and fat content were higher in cows turned out to pasture than in cows staying in the cow-shed (+1.4 kg and +3.4 g/kg). No effect of turning out to pasture on milk protein content, milk somatic cell count and plasma markers level was noticed. In conclusion, the increase in milk somatic cell count observed in summer seems not to be due to the environmental change when cows turned out to pasture. Alternative explanations are suggested.

dairy cow / milk / somatic cell count / pasture

Résumé:

Effet de la mise à l'herbe des vaches laitières sur la numération cellulaire du lait. Dès la période de mise à l'herbe, et jusqu'à la fin de l'été, on observe dans de nombreux élevages laitiers une augmentation de la numération cellulaire par rapport à la période hivernale de l'ordre de 100 000 cellules par ml, d'autant plus importante que la numération cellulaire initiale est élevée. Il n'est cependant pas aisé de savoir à quels facteurs attribuer cette augmentation : changement d'environnement ; infections mammaires plus nombreuses ; stade de lactation ; modification des pratiques de traite ; etc. L'objectif de cet essai était de vérifier, dans des conditions expérimentales, si la mise à l'herbe des troupeaux laitiers entraîne des variations significatives de la numération cellulaire de leur lait. Trois lots de 10 vaches laitières de race Holstein ont été constitués : un lot témoin (C) à numération cellulaire basse (< 100 000 / ml) a été laissé en stabulation et nourri au foin durant les 5 semaines de l'étude ; un lot (PL) à numération cellulaire basse et un lot (PH) à numération cellulaire élevé (> 300 000 / ml) ont été mis à l'herbe à partir de la 3e semaine. La production laitière, la numération cellulaire du lait, sa composition chimique, le statut infectieux des mamelles ainsi que des paramètres plasmatiques caractéristiques de l'inflammation ont été mesurés individuellement. La production laitière et le taux butyreux des lots PL et PH après la mise à l'herbe ont été supérieurs à ceux du lot C (+1,4 kg et +3,4 g/kg), alors que le taux protéique est resté identique. La mise à l'herbe n'a pas entraîné d'augmentation du nombre de vaches infectées par des germes pathogènes majeurs au niveau de la mamelle. Quel que soit le lot, aucun marqueur sanguin de l'inflammation n'a présenté de différence au cours de l'essai. De même, la numération cellulaire du lait n'a pas différé significativement entre le début et la fin de l'essai, pour un même lot. Il a cependant été observé une variabilité individuelle importante de l'évolution de la numération cellulaire lors de la mise à l'herbe, particulièrement marquée dans le lot PH, que l'on ne retrouve pas dans le lot témoin. Nous n'avons donc pas pu mettre en évidence d'effet direct de la mise à l'herbe sur la numération cellulaire du lait, quelle que soit la valeur initiale de celle-ci. Les augmentations de la numération cellulaire au cours de la période estivale, qui semblent débuter avec la mise à l'herbe, ne sont donc pas dues à l'effet propre du changement d'environnement physique, mais plutôt à d'autres facteurs (physiologiques, sanitaires, climatiques ...) que la période de pâturage contribue à exacerber.

vache laitière / lait / numération cellulaire / mise à l'herbe

Correspondence and reprints: D. Pomiès
Tél.: +33 (0)4 73 62 45 94; e-mail: pomies@clermont.inra.fr

Copyright INRA, EDP Sciences

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.